Visite du musée

Le musée est ouvert tous les après-midis, sauf les mardis, dimanches et jours fériés. Des visites de groupe peuvent être organisées à d’autres moments, sur rendez-vous préalable au 0667725613.

DSCN0351

Le musée se trouve au Crès (nord de Montpellier), 1 bis Av. de Castelnau. Facilement identifiable grâce à sa façade typiquement saharienne, il se compose de deux étages correspondant à deux époques et à deux mondes.

DSCN0355s

De la rue, le visiteur pénètre par l’étage supérieur où l’attend Bernard Adell, fondateur du musée et âme du lieu.

DSC_0840w

Les vitrines de gauche sont dédiées aux explorateurs sahariens, célèbres ou moins connus ( Charles de Foucauld, général Laperrine, Heinrich Barth, etc.) évoqués par des photographies et des documents rares mais aussi par des objets insolites, comme quelques restes de l’avion de Laperrine ou des compas solaires sans lesquels aucune exploration n’eût été possible. On observera aussi une selle de chameau datant de la campagne napoléonienne en Egypte !

DSC_0890w

Plus loin se dressent une bonne vingtaine de mannequins portant les uniformes liés à la présence française au Sahara. Officiers et soldats venus de métropole mais aussi spahis, goumiers, chambas arabes du nord ou méharistes touaregs du Tassili. La Rahla et Bernard Adell présentent également des fanions des différentes unités méharistes, ainsi que des boucliers de peau d’oryx utilisés par les Touaregs.

Un chameau grandeur nature et une femme jouant de l’imzad devant une tente traditionnelle touarègue ferment le ban, instaurant un peu de paix et de sérénité après ces époques parfois violentes et toujours périlleuses.

A l’étage inférieur, quelques photos d’Alain Sèbe préfigurent la suite de la visite : ethnographie et préhistoire sahariennes. Un « mur » rupestre accueillera bientôt les visiteurs pour leur rappeler que le Sahara fut jadis vert et qu’on y rencontrait girafes, lions, hippopotames et autruches. Plusieurs vitrines présentent des pièces du néolithique et du paléolithique, meules dormantes, pierres polies ou taillées, pointes de flèches, etc.

Place ensuite à la vie quotidienne au Sahara. Beauté pure et éternelle des objets du quotidien : Selles et bâts de chameaux, sacs de peau, clés de voiles, cadenas, armes (lances et sabres, takoubas).

Grâce aux dons et aux prêts de ses descendants, Théodore Monod occupe une partie importante de la salle. On y découvre avec émotion sa selle, sa gandourah, son sac à dos, ses sandales, son bâton, sa célèbre serviette de cuir et, plus insolite encore, le dernier de ses herbiers. Le temps de souffler un peu, assis devant des souvenirs, en se remémorant l’incroyable épopée du Sahara et des sahariens.